#ArtMTL #BNLMTL2014 Vernissage @BNLMTL at @MaCMTL

#ArtMTL La Biennale de Montréal @BNLMTL #BNLMTL2014, une belle condensation de l’art contemporain international

Du mercredi 22 octobre au dimanche 4 janvier, l’édition 2014 de La Biennale de Montréal fera de Montréal un haut lieu de l’art contemporain.

Intitulée L’avenir (looking forward), BNLMTL 2014 s’annonce déjà comme un événement international d’art contemporain à ne pas manquer, en offrant une constellation d’événements qui gravitent autour d’une grande exposition : 150 œuvres, dont 25 inédites, de 50 artistes québécois, canadiens et internationaux dans 14 sites, une multiplicité de publications, de performances, de films, de discussions, de conférences et de différentes expériences divers.

Voici un aperçu des artistes de cette édition.

Eternity, 2014
Nicolas Baier

Musée d’art contemporain de Montréal, 22.10.14 – 05.02.15

01

Éternité est une sculpture dont la présence en impose. En effet, ce rideau sinueux en acier inoxydable au fini miroitant s’élève à plus de trois mètres, fait au-delà de sept mètres et demi de longueur et presque deux mètres d’épaisseur. Composé de nombreuses couches impeccablement empilées, l’extérieur exclut les traces d’imperfection que seraient les vis d’assemblage ou les articulations visibles entre les sections.
Ce mur de miroir – permanent, inattaquable – dissimule un message à la vue de tous : le mot Éternity écrit en cursive classique. Pourtant, comme l’œuvre ne peut pas être vue en plongée, la connaissance, voire la reconnaissance, de l’« éternité » nous est catégoriquement niée. Sur la surface réflexive mais impénétrable d’Éternity, Baier cherche à donner forme au mystère infini du monde et au vain désir de l’humanité de vouloir comprendre l’avenir.

 

TIME TO LET GO…, 2014
Babak Golkar
Musée d’art contemporain de Montréal, 22.10.14 – 04.01.15

2_offsite_Golkar

Dans cette installation, Babak Golkar étudie le cri comme relâchement, geste et forme de contestation. En faisant passer l’acte de crier de la sphère privée à celle publique, l’artiste souligne combien « lâcher prise » (letting go) concerne la mise à nu de sa propre vulnérabilité. Ici, cette vulnérabilité s’exprime non seulement par le cri des participants dans des contenants en terre cuite, mais aussi par l’utilisation de ce médium fragile.
Si l’on s’entend en général pour dire que nous vivons à une époque où les conditions systémiques subjuguent les besoins humains élémentaires, il existe toujours la mémoire d’un temps où nous étions conscients des origines humaines de ces conditions. TIME TO LET GO… aborde directement comment les structures du pouvoir remanient la relation entre la subjectivité, une aliénation toujours croissante et la perte de la capacité d’agir. Avec cette œuvre, l’artiste pose les questions suivantes : Reste-t-il de la place pour une réflexion active ? Comment peut-on s’engager dans une critique affective ? Les systèmes sont-ils en train de nous faire taire ?

 

Return to noreturn 2, 2014
Dominique Gonzalez-Foerster
Musée d’art contemporain de Montréal, 22.10.14 – 04.01.15

4_the-unilever-serddddies-dominique-gonzalez-foerster-th-2058-2008-in-the-turbine-hall-at-tate-modern_0

Pour Dominique Gonzalez-Foerster, l’avenir est déjà parmi nous, tel qu’elle l’invente dans le réel de ses films et de ses environnements où elle revoit ses œuvres par l’objectif d’événements se conjuguant au futur antérieur.
Return to Noreturn 2 (2014) s’inscrit dans la suite de TH.2058, son installation au Tate Modern (2008-2009), qui imaginait le Turbine Hall dans cinquante ans. Juste avant la fin de l’exposition, Gonzalez-Foerster a réalisé le film Noreturn, dans lequel des enfants survoltés, sans supervision, envahissent l’installation où ils finissent par s’endormir, épuisés, sur des lits.

 

Promised Land Template, 2014
Nicolas Grenier
Musée d’art contemporain de Montréal, 22.10.14 – 04.01.15

02_NicolasGrenier_PLT_05_lookingin

Dans son travail, Nicolas Grenier explore la matérialisation, dans le cadre bâti, de systèmes d’interactions sociales aussi bien que de relations de pouvoir. Promised Land Template présente une structure semblable à un pavillon, à mi-chemin entre un bunker et un mausolée, qui abrite des peintures illustrant, dans une palette acidulée et un style moderniste tardif, des schémas d’approches rationalistes et déshumanisées de certains enjeux de société actuels. L’organisation rationalisée, proche du design graphique, de l’espace pictural nous confronte froidement à un point de vue technocrate sur le déplacement et l’immigration. En cela, l’œuvre donne de nouvelles significations au langage habituellement utilisé dans pareils contextes, signalant de la sorte la relation instable entre langage et forme. Cette utilisation du langage est en suspens entre un renvoi direct au sujet illustré et l’image évoquée par les mots écrits. Comme l’a dit l’artiste : « Comment la subtile agressivité d’un glacis orange vif sur un rose froid pourrait-elle parler du glissement de sens entre deux mots comme “intégration” et “assimilation” ? »

 

400 Nudes, 2014
Jillian Mayer
Musée d’art contemporain de Montréal, 22.10.14 – 04.01.15

jillian_mayer_400_nudes_6

Le projet de Jillian Mayer a vu le jour lorsqu’elle a choisi quatre cents égoportraits de femmes nues de tous les âges, formes et races dans le bassin des millions d’images accessibles sur internet. Elle a ensuite organisé des séances de photographie à Miami, où elle réside, pour les reprendre en modifiant numériquement les photos composites et en remplaçant réalistement les visages originaux par le sien.

En terminant, La Biennale de Montréal vous offre Le Passeport BNLMTL 2014 au prix dérisoire de 50 $. Ce Passeport vous donne un accès illimité à l’exposition et aux événements de BNLMTL 2104. Il inclut aussi MACarte, la carte de membre du Musée d’art contemporain de Montréal, qui donne un accès gratuit, pendant un an, aux expositions et aux événements au MAC.

#MondayAd from Droga5- New York- The National Women Law Center- Equal Payback Project

#MondayAd from @droga5, New York: @nwlc: Equal Payback Project #EqualPayback

Comedian Sarah Silverman and creative agency Droga5 have reunited to create a new campaign to help close the wage gapbetween men and women. The National Women’s Law Center, a non-profit organization educating the public about the wage gap and advocating for equal pay, will receive monies raised through the video and crowdfunding initiative. 

Director: Ruben Fleischer
Creative Director: Casey Rand, Karen Land Short
Art Director: Sean Park

Client: The National Women’s Law Center
Agency: Droga5 New York
Country: United States of America

You can see other #MondayAd here.

#ThrowbackFashion Lara Stone - Lara Fiction Noire - Vogue Paris February 2009 by Steven Klein

#ThrowbackFashion @LaraStone – Lara Fiction Noire – @VogueParis February 2009 by @SKstudly

Lara Fiction Noire – Vogue Paris February 2009
Photographer : Steven Klein
Stylist : Marie-Amélie Sauvé
Hair : Jimmy Paul
Makeup : Peter Philips
Model : Doug Porter, Lara Stone, Travis Hanson

6038-800w

6039-800w

6037-800w

Here are some creative projects that inspire me in Models.com Archive. You can see other projects on my Pinterest or on my #ThrowbackFashion.

#FashionFilm The Sound of COS by Lernert & Sander

#FashionFilm COS: The Sound of COS Fall 2014 by @lernert_sander

The Sound of COS. COS, a brand under H&M, wants you to not only see their designs but hear them as well. Dutch duo Lernert & Sander arrive on the scene with oven mitts, umbrellas, and more

Director : Lernert Engelberts, Sander Plug
Screenplay : na
Photographie Director : na
Art Director : na
Music : na
Stylist : Hannes Hetta
Makeup : na
Hair : na
Model : na

Here is the #FashionFilm that inspire me this month. You can see other portfolio on my Pinterest or on my #FashionFilm.

#ArchitectureMTL Luc Laporte architecte. Réalisations et inédits à 1700 La Poste

#ArchitectureMTL Luc Laporte architecte. Réalisations et inédits au 1700 La Poste

Pour sa deuxième année d’existence, le 1700 La Poste présente Luc Laporte architecte. Réalisations et inédits, une exposition hommage à l’architecte qui a sans contredit marqué l’urbanité montréalaise telle qu’on la connaît aujourd’hui:

Holder
761_1

L’Express
lexpress

Le Valois
5867934

Society of Arts and Technology (SAT)
labo_culinire-460x306

Leméac
leméac_dehors

Le Café du Nouveau Monde
CNM_LE_BAR

Laloux
image

En exclusivité avec la participation de UBU compagnie de création, le 1700 La Poste a conçu spécialement pour ces lieux, un théâtre de marionnettes. L’homme qui marche, petite fantasmagorie urbaine, est une expérience in situ qui plongera le spectateur dans l’univers de Laporte, textes et musiques tirés de sa bibliothèque personnelle à l’appui. Ce projet de théâtre représente un rêve cher à l’architecte qui était littéralement fasciné par les marionnettes et qui ne cessait d’imaginer de grands théâtres, intégrés à la ville.

Ce sera également l’occasion de découvrir ou de redécouvrir le projet inédit d’envergure Cité pour 33 296 habitants, idée originale de Luc Laporte et commande du Musée régional de Rimouski. Cette ville utopique affranchie de toute route et stationnement, se voulait à hauteur d’homme, parsemée de petites places publiques et autres lieux de rencontre et où toute la population de Rimouski déménageait sur l’île Saint-Barnabé, réservant ainsi toute la côte à l’agriculture et au paysage.

1470074_863441497019665_2590282390095636858_n

Où :
1700 La Poste
1700 rue Notre-Dame O.

Quand :
Vendredi 17 octobre au samedi 20 décembre

Photos : oubruncher.comeverettpotter.commtlunescodesigners.commontrealgazette.comtourisme-montreal.orgledevoir.comdeboucheatable.com

#MondayAd from Saatchi Saatchi- Dusseldorf - Toyota Aygo- Crazy

#MondayAd from @saatchi_sisomo, Dusseldorf – Toyota @AYGO_YNOT: Crazy #gofunyourself

In a new prank film for Toyota AYGO, Saatchi & Saatchi Dusseldorf shows the car’s playful side by launching ‘Aygo Crazy’ to appeal to young people who meet the littleimperfections of life with humour. The main character of the prank is an extensively remodelled AYGO-Low-Rider, which cruises through the streets of Berlin and draws attention to itself by humorously marking it’s territory.

Director: Lewi
Creative Director: Alexander Reiss, Claus Lieck
Art Director: Nathaly Neusser
Copywriter: Tanja Dringenberg

Client: Toyota
Agency: Saatchi & Saatchi, Dusseldorf
Country: Germany

You can see other #MondayAd here.

 

#ThrowbackFashion Wedding dress of silk satin by Charles James- England- 1934

#ThrowbackFashion Wedding dress of silk satin by Charles James, England, 1934

Wedding dress, 1934
Charles James, born 1906 – died 1978

Wedding dress of silk satin by Charles James- England- 1934-2010EG1786_jpg_l

Miss Baba Beaton wore this dress when she married Mr Alec Hambro on 6 November 1934. It is an early example of the work of the designer Charles James. It anticipates later developments in his style, particularly his approach to complex cut. The beauty of the design lies in its deceptive simplicity and the designer’s complete understanding of the potential of the fabric.

Wedding dress of silk satin by Charles James- England- 1934-2010EG1751_jpg_l

Darts and seams shape the smooth ivory satin, which clings and drapes around the body in order to enhance the graceful figure. James said, ‘all my seams have meaning – they emphasise something about the body’.

Wedding dress of silk satin by Charles James- England- 1934-2010EG1753_jpg_l

Circumference: 66 cm waist, Circumference: 84 cm bust, Circumference: 68 cm diaphragm, Length: 150 cm overall, Length: 40 cm to waist, Width: 40 cm centre back, Width: 42 cm shoulder to shoulder, Length: 62 cm sleeve, over, Length: 52 cm sleeve, under, Circumference: 80 cm hips, Circumference: 18 cm wrist

Wedding dress of silk satin by Charles James- England- 1934-2010EG1752_jpg_l

 

Silk satin, trimmed with wax orange-blossom, cut on the bias

Wedding dress of silk satin by Charles James- England- 1934-2006BF2896_jpg_l

Although he was born in Britain, James worked as a milliner and custom dressmaker in New York between 1924 and 1929. In 1929 he opened premises in London. During the early 1930s he travelled extensively between London and Paris, establishing a Paris branch in 1934. Like Elsa Schiaparelli he was a friend of the Surrealist painter Salvador Dalí and made use of Surrealist influences in his designs.

YooniqImages_102263162

Here are some creative projects that inspire me in Victoria and Albert Museum Archive. You can see other projects on my Pinterest or on my #ThrowbackFashion.